Les identités fragiles

par NMB Expressions

Les Identités Fragiles

 

- Techniques mixtes (pastels secs, encres)

- 2 dessins (80x120 cm) sur papier

- 1 dessin (75x110 cm) sur papier

- 4 dessins (50x65 cm) sur papier

 

Les Identités Fragiles c’est lorsque le masque ne tient plus.

C’est lorsque le masque est trop voyant. Qu’il faut se retourner.

Qu’il faut s’accroupir pour se cacher.

Qu’il faut faire croire que l’on est heureux et que l’on est prêt à prendre son envol.

 

Les Identités Fragiles c’est lorsqu’on se recroqueville.

Qu’on cache son visage.

Que la seule odeur que l’on supporte encore est celle de ses propres aisselles.

Qu’il faut bien murmurer au monde que l’on va bien.

Que l’on a encore la tête incendiée de vie.

 

Les Identités Fragiles c’est lorsqu’on joue au dur tout en se cachant.

Qu’on bande les muscles.

Qu’on serre le ventre.

Qu’on est persuadé que notre partie visible est plus intéressante que notre partie voilée.

Que les autres en sont dupes.

 

Les Identités Fragiles c’est lorsqu’on est hors cadre.

Que le glissement se fait petit à petit.

Qu’on garde la tête haute tandis que le corps s’affaisse.

Que la nuque est offerte. Fragilisée car trop étirée vers le rêve.

Que seules les expériences « hors zone » valent le coup.

 

Les Identités Fragiles c’est lorsqu’on est au bord d’un gouffre de flammes.

Qu’il faut tourner la tête tant la chaleur est intense.

Qu’on est intelligent mais trop peureux.

Qu’on ne pourra pas souffrir plus, sauf si c’est pour faire plaisir.

Que nos bras, comme les traits de nos visages se sont rigidifiés.

 

Les Identités Fragiles c’est être migraineux, épileptique.

Lorsqu’on est en même temps soi et son propre fantôme flouté.

Qu’on pense être entouré mais qu’au final ce ne sont que des coquilles vides de soi.

Qu’on est fait de nombreuses moitiés mais toujours en nombre impairs.

Qu’on est parfois conciliable mais qu’alors on prend feu.

 

 

Les identités fragiles c’est se réveiller les mains ensanglantées sans connaitre le motif du crime dont on nous accuse depuis la naissance.

© 2018 par Nicolas Mouton Bareil. Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now