par NMB Expression

12 formats A4 collés sur 2 cartons plumes noirs + texte. Papier gris-craie blanche-crayon fusain noir

 

 

Femmes grises aux contours blancs.

 

Femmes grises griffées de noir.

 

Femmes grises avouées sont à moitié pardonnées.

 

Femmes grises, forcément mélanges de blanc et de noir.

Automatiquement coupables.

 

Femmes grises debout sous la mitraille : sexisme, racisme et paternalisme. Ah ! Le paternalisme ! Beaucoup plus pernicieux que le patriarcat. Femme grises. On va encore vous accuser d’avoir volé les couleurs. Femmes grises des centres-villes gris. Des périphéries grises sous des ciels gris et gonflés. Femmes grises qui se jettent par-delà les falaises grises dans les mers grises. Femmes grises, forcément mélanges de blanc et de noir. Automatiquement coupables. Coupables depuis le Commencement.

 

Les femmes grises : Eve, Pandore, Lucrèce Borgia, Marie, Fatima, Lilith et toutes les filles de mon quartier.

 

Les femmes grises, celles qui n’ont pas réussi l’amalgame de l’autorité et du charme.  

 

Les femmes grises qui sont vierges jusqu’à dix-huit ans puis chaudasses, sinon ce n’est pas marrant, puis mères jusqu’à la ménopause, puis rien.

Puis rien.

Femmes grises brûlées vives !

Femmes torches éclairant l’étendue du péché. Femmes grises aux seins tombants et qui s’en foutent. Femmes grises au ventre sec mais qui ne finiront pas vielles filles. Vielles filles grises. Femmes grises qui n’éprouvent aucune culpabilité de ne pas s’épanouir dans la maternité.

 

Femmes grises qui se refusent. Femmes grises qui se donnent trop. Qui se refusent et qui se donnent trop… Aux yeux des autres. Femmes grises qui refusent d’être brulées vives quand décède leur mari. Femmes grises qui serrent les dents : la lapidation pour adultère n’est qu’un moment pas très agréable à passer. Femmes grises qui s’en moquent si l’adjectif qui qualifie plusieurs noms de genres différents s’accorde automatiquement au masculin.

 

Femmes grises qui boivent seules des cafés en terrasse et qui se demandent encore combien de temps cela va pouvoir durer. Femmes grises qui ne sont ni saintes ni putes. Femmes grises abstinentes ou frénétiques.  Femmes grises qui veulent juste qu’on leur foute la paix.

 

Femmes grises aux corps forcement louches. Femmes grises présumées coupables donc dénudées, tondues et soumises.

 

Femmes grises aux corps forcés.

 

Femmes grises accusées d’empoisonnement et responsables des mauvaises récoltes.

 

Femmes grises qui osent juger la taille de ton pénis.

 

Femmes grises qui trouvent la clé de leur identité par elles-mêmes. Femmes grises qui se préfèrent inquiétantes que bandantes.

 

 

Femmes grises anachorètes. Femmes grises vivant entre femmes grises. Femmes grises entourées d’une famille qui n’est pas leur famille. Femmes grises qui sont autre chose qu’un ventre. Femmes grises qui veulent bien porter un enfant à condition qu’on les paye.

 

Femmes grises qui étaient des hommes gris avant de devenir des femmes grises.

 

Femmes grises qui sont devenus hommes gris.

 

Femmes grises qui ne savent pas si elles sont ou non des hommes gris ou des femmes grises. 

Et qui s’en foutent royalement.

© 2018 par Nicolas Mouton Bareil. Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now